Aujourd’hui, je vous propose de travailler sur l’automne… et oui c’est de saison !

planche d'automne

Pour le choix de la technique, tout est possible : aquarelle, pastel, acrylique, huile, zentangle. Pour l’huile et l’acrylique, inutile de prendre une toile : un carton toilé ou une feuille de papier spécial peinture feront tout à fait l’affaire.

L’idée est de rechercher des éléments qui fonctionnent bien ensemble à la fois par le thème mais aussi par la gamme de couleur puis de présenter le tout soit comme une étude avec en marge le référentiel des couleurs utilisées (voir le travail autour de la danseuse) soit comme une planche (voir la planche aquarelle « fruits délicieux »).

Quelques pistes :
Les feuilles bien sûr avec leur couleurs magnifiques,
les champignons, baies et physalis…
les fleurs d’hortensia qui se parent de tons si différents de l’été,
les châtaignes, glands…  endives, oignons, clémentines…
sans oublier nos petits amis des jardins : oiseaux, hérissons et petites musaraignes…

A vous de composer une planche riche, variée et cohérente !

Lire la suite...

J’entends souvent que réaliser les mains est une chose difficile… Ce n’est pas l’exercice le plus facile mais pas si inaccessible !

Vous l’avez compris c’est l’exercice que je vous propose aujourd’hui…

mains au pastel

Voici quelques conseils :

-  Le modèle : bien le choisir est essentiel !
Vous devez voir parfaitement la forme, les détails, les nuances de couleurs. Vérifiez bien que vous voyez réellement tous ces éléments car vos yeux corrigent instinctivement les manquements et au moment de passer à la pratique vous risquez de vous trouver dans l’embarras.

- Le format : une bonne taille
Trop petit, vous ne pourrez pas réaliser toutes les nuances. Trop grand, l’exercice vous prendra beaucoup de temps… et rappelons ce n’est qu’un exercice ! Un format A4 est un bon compromis.

- L’observation : indispensable tout au long du travail
Prenez le temps d’observer les formes dans leur globalité mais aussi dans le détail. Observez les zones d’ombre et de lumière, les bosses, les creux. Pensez à repérer les différences de nuances selon leur position : par exemple la couleur sous le doigt, sur le côté, sur le dessus.

- Le dessin : une bonne base
Réaliser une bonne base de dessin est important dès le départ. Si la forme et les proportions ne sont pas justes, les défauts seront plus flagrants avec les couleurs et au lieu de consacrer toute votre attention à l’ajustement des nuances vous perdrez votre temps à tenter de corriger. Je vous rappelle que si vous ne savez pas dessiné à main levée vous pouvez avoir recours à la mise au carreau. Pendant la mise en couleur, référez-vous régulièrement à votre modèle.

- Le choix des couleurs
Une teinte chair clair pour la base, du blanc pour nuancer et faire  les touches de lumière. Une teinte chair moyen pour les zones moins éclairées et les transitions. Pour les ombres, trouvez les associations qui vous plairont le plus et qui donneront à votre dessin « votre patte personnelle ». Par exemple, vous pouvez superposer à la teinte chair du prune et du gris, ou un marron et du bleu, du marron et du violet…
Testez vos couleurs, osez et amusez-vous !

 

 

 

Lire la suite...

Lorsque vous vous lancez dans un projet, il peut être utile de réaliser un étude préparatoire.

Bien plus qu’un simple entrainement, cela constitue un vrai travail de recherche sur la composition, le cadrage, les couleurs… C’est aussi l’occasion de vous confronter aux difficultés techniques avant de vous lancer sur votre projet définitif.

feuille preparatoire pastel

Dans mon exemple, j’axe sur la recherche des couleurs des éléments clés : les cheveux, la peau, les plumes duveteuses. Pour chaque élément, j’indique en marge les références des pastels utilisés.

J’ai bien entendu choisi une feuille de pastelmat de la même teinte que celle de mon projet final car les couleurs vibrent différemment selon la couleur du fond.

Testez sans hésitation des associations de couleurs qui vous semblent moins évidentes car parfois il y a de bonnes surprises ! Gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un travail préparatoire et non d’une œuvre à part entière : faites des essais, des erreurs… sans modération !

Pour aller plus loin, je vous donne rdv pour réaliser « Le Lac des Cygnes » en stage les 20,21, 24 et 25 octobre 2016 .

Lire la suite...

Aujourd’hui, je vous propose de faire connaissance avec vos couleurs !

Je parle de faire connaissance car, pour les débutants, le nom des couleurs est encore un peu « abstrait » et ce que vous voyez dans les godets est souvent très sombre.

Alors rien de tel qu’un nuancier pour y voir plus clair.

nuancier aquarelle

Commencez par tracer au crayon des petits carrés, puis posez vos couleurs dans l’ordre de rangement de votre boitier. Vous déclinerez chaque couleur en 2 ou 3 niveaux de concentration. Vous pouvez ainsi prendre pleinement conscience de votre palette de base et de ses nuances. Notez le nom de chaque couleur.

Ensuite, préparez une nouvelle feuille et lancez-vous dans les associations de couleurs :

- Base jaune citron + 2ème couche Rouge de cadnium
- Base jaune citron + 2ème couche Rouge winsor
- Base jaune citron + 2ème couche Rose doré… et ainsi de suite.

Notez au fur et à mesure les couleurs utilisées.

Vous allez ainsi découvrir toute l’amplitude de nuances qui s’offrent à vous !

Lire la suite...